3 tagged articles terrorisme

Tuerie d'Orlando : un témoin parle d'au moins 4 tireurs ( 800 ème article ) 24/06/2016

Tuerie d'Orlando : un témoin parle d'au moins 4 tireurs ( 800 ème article )
 
Le 12 juin 2016, Omar Mateen, qui avait prêté allégeance à l'État Islamique, a perpétré la pire tuerie de masse de l'histoire des Etats-Unis. Il a assassiné 49 personnes dans une boîte de nuit gay à Orlando, en Floride. Le plus inquiétant c'est que, selon un témoin, ce terroriste n'était pas seul, contredisant ainsi les thèses officielles ...

Peu après ce tragique évènement, un journaliste de la chaîne de télévision ABC interviewait une victime de cette attaque après qu'elle soit sortie de l'hôpital. Ce témoin oculaire a raconté qu'il avait fait le mort pendant plusieurs heures afin d'avoir la vie sauve. Dans cette position, il a, malgré la peur, réussi à entendre une conversation téléphonique du tireur.

En parlant à son interlocuteur, ce dernier a avoué qu'il était le « quatrième tireur » et qu'il y avait « trois autres snipers » ainsi qu'un « kamikaze » qui faisait lui-aussi le mort.

Si ces allégations sont vraies, alors cela remettrait en cause la version officielle ...
 
Tuerie d'Orlando : un témoin parle d'au moins 4 tireurs ( 800 ème article )

Tags : paranormal - TUERIE - orlando - usa - Amérique - Etats unis - juin 2016 - FLORIDE - terrorisme - jesuisorlando - conspiration

Saïd Kouachi et Chérif Kouachi : une interview donnée avant leur mort (Hors-Sujet 59) 09/01/2015

Saïd Kouachi et Chérif Kouachi : une interview donnée avant leur mort (Hors-Sujet 59)


Les frères Kouachi, Saïd et Chérif Kouachi, sont morts dans l'assaut du GIGN lancé vers 17 heures à Dammartin-en Goêle, où ils étaient retranchés depuis 9 heures ce matin.

INTERVIWÉ - Chérif Kouachi, frère de Saïd Kouachi, a été interviewé par des journalistes de BFMTV avant d'avoir été tué par le GIGN. Il affirme avoir agi pour Al Qaïda au Yémen qui aurait "financé" l'opération. Il réfute avoir tué "des civils", considérant être en guerre contre Charlie Hebdo. Amedy Coulibaly, le preneur d'otages de Vincennes, a lui aussi été interviewé par la chaine. il confirme que l'opération était "parfaitement coordonnée".

BFMTV est en train de dévoiler progressivement le contenu des interviews. La chaîne informe que c'est Coulibaly qui les a appelés vers 15 heures. C'est ensuite le journaliste Igor Sahiri qui a joint, par hasard, Chérif Kouachi, en tentant de contacter des salariés à l'imprimerie en siège. Coulibaly et Kouachi se sont coordonnés et concertés pour le top départ de l'opération. Ils ne sont en revanche pas restés en contact par la suite.

La fusillade de Montrouge, jeudi, n'était pas l'objectif premier de Coulibaly. Il indique être tombé sur l'accident de la route par hasard. L'organisation élaboré par les terroristes : "Eux, Charly Hebdo, moi, les policiers", indique Coulibaly quelques heures avant sa mort.

Chérif Kouachi a affirmé travailler pour Anwar al-Awlaqi, un imam américano-yéménite décédé en 2011, et être membre de Etat islamique.

Interview des terroristes :



MORT DES FRERES KOUACHI - Ce sont les deux frères qui sont sortis du bâtiment où ils étaient reclus depuis ce matin avant d'être abattus par les tireurs d'élite. Plutôt qu'un assaut du GIGN, c'est donc un ultime baroud de Saïd et Chérif Kouachi qui semble avoir eu lieu vers 17 heures, à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne.

Plusieurs blessés ont été rapportés par les chaînes d'information en continu, dont deux membres du GIGN.

Les frères Kouachi, Saïd et Chérif, sont morts selon l'AFP. Une personne a été libérée, saine et sauve, selon l'agence de presse. Il ne s'agirait pas d'un otage, mais d'un homme caché dans l'entreprise où s'étaient retranchés les deux suspects de la tuerie de Charlie Hebdo depuis ce matin.

L'AFP a confirmé qu'un assaut a eu lieu peu après 17 heures. Plusieurs dizaines de coups de feu ont été entendus, en trois rafales, ainsi que des explosions de grenades offensives. L'assaut a duré pendant près d'une minute. Des snipers sont restés postés sur les toits pendant tout le raid, des échange de tirs fournis ont été rapportés.

France 2 a diffusée les images à la télévision, montrant une fumée persistante sortant du toit de l'entreprise où le commando avait trouvé refuge ce matin, vers 9 heures. Après les coups de feu, de nombreux policiers se sont mis à courir vers le bâtiment au centre de l'attention depuis de nombreuses heures.

La radio France Info décrivait vers 16h30 un important mouvement dans la zone, avec plusieurs déplacements de véhicules à proximité de l'établissement où le commando s'est réfugié ce matin. Selon France 2, "les rideaux de fer du magasin" ont été baissés quelques minutes plus tôt. Les frères Kouachi seraient donc restés dans le noir ou ont été poussés à sortir.

Assaut de Dammartin-en-Goële :



Cinq tués Porte de Vincennes, 4 otages et le ravisseur
A Porte de Vincennes, l'assaut a également été donné quasi simultanément. Amedy Coulibaly, le preneur d'otages, a été abattu selon une information confirmée par l'AFP. Selon France Info, mais aussi le Figaro il y aurait au moins 4 morts et 4 blessés parmi les otages. Un bilan "non consolidé" selon le ministère de l'Intérieur.

Quatre explosions ont été entendues ainsi qu'une cinquantaine de coups de feu. Une dizaine de personnes sont immédiatement sorties en courant du magasin casher investi depuis le début d'après-midi.

Deux groupes du RAID auraient été à l'oeuvre au total. Des hurlements ont été entendus dont "au sol" ou encore "ils l'ont eu, il l'ont eu". On rapporte des blessés parmi les membres des forces de police, dont deux membres du RAID. Un corps a été retrouvé à côté de celui du preneur d'otages. Un homme de type nord-africain. On ne sait pas s'il s'agit d'un complice ou d'une victime.

Saïd Kouachi et Chérif Kouachi : résumé des événements
Les frères Kouachi, recherchés pendant toute la journée de jeudi dans une vaste zone rurale du sud de l'Aisne, ont été repérés après avoir volé, à 8h30 ce matin, une voiture, une Peugeot 206, à une conductrice à Montagny-Sainte-Félicite. Lourdement armés, les agresseurs correspondaient au signalement des frères Kouachi.

Reprenant leur route vers Paris, sur la RN 2, ils sont tombés sur un barrage de police qui les a contraints à s'arrêter, à hauteur de Dammartin-en-Goêle, où ils se sont retranchés dans une petite société de transports, CTD (Création tendance, découverte), située rue Clément Ader.

Le ministère de l'Intérieur a rapidement évoqué sa "quasi-certitude" que Saïd et Chérif Kouachi étaient les hommes retranchés dans le bâtiment.

La question de la présence d'un otage est restée ouverte pendant toute la journée. Le patron de la société, Michel Catalano, pourrait être l'otage libéré sain et sauf en fin de journée. Une information non confirmée par les officiels.

Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a plusieurs fois affirmé que les forces de l'ordre étaient en train de "vérifier" l'information. Le parquet antiterroriste de Paris avait quant à lui démenti cette prise d'otage, confirmée, en "off", par des sources policières.

Ce qu'on appelle désormais la traque de Charlie Hebdo a mobilisé beaucoup de moyens. 3000 policiers et gendarmes ont été déployés sur les différents théâtres d'opération. Un grand déploiement du Raid était signalé dans l'entreprise concernée selon les témoignages des salariés diffusés dans différents médias. Trois hélicoptères survolaient la zone. Les accès ont été fermés environ 10 km en amont. Une école, située à quelques centaines de mètres du lieu de la prise d'otages présumée, a été totalement évacué sous escorte. A Dammartin, les habitants étaient appelés à rester chez eux.

A l'aéroport de Roissy, situé à quelques kilomètres des lieux, plusieurs pistes ont été fermées. La zone se trouve à une trentaine de kilomètres de Paris. Les pistes nord impliquent que les avions survolent la zone industrielle en question.

Le scénario privilégié est que les suspects de la tuerie de Charlie Hebdo tentaient une ultime descente mortelle vers Paris. Les deux terroristes présumés avaient déjà été identifiés hier, plus au nord, roulant "à toute vitesse" vers la capitale selon BFMTV.

Assaut de Vincennes :



Et toi, que penses-tu de cela ? Laisse tes impressions !

Tags : paranormal - Janvier 2015 - attentats - dammartin en goele - France. - vincennes - paris - Kouachi - BFMTV - terrorisme - Charlie Hebdo - hors sujet

Trop souriant dans le métro, il finit en garde à vue (Hors-Sujet 1) 09/09/2012

 
 
 Une histoire bien singulière dont se souviendra sans doute pendant longtemps Jean Baptiste Rumelier. Alors qu'il se rendait sur son lieu de travail en métro, il a, à plusieurs reprises esquissé plusieurs sourires envers les autres voyageurs de sa rame.  Il a par ailleurs été à plusieurs fois  aimable avec d'autres voyageurs, n'hésitant pas à laisser son siège à une personne âgée. Jugeant son comportement suspect, plusieurs voyageurs ont averti le service de sécurité de la RATP. L'individu a été appréhendé dans le calme. Récit.

Comportement suspect

Il est à peine dix heures du matin dans cette rame de la ligne 4 lorsque les usagers remarquent le comportement suspect d'un voyageur. Celui-ci vient de laisser, sans préavis, son siège à une personne âgée. Auparavant, l'homme s'est fait plusieurs fois remarquer. Alors qu'il entre dans la rame, il lance un « Bonjour tout le monde » avant d'aller s'asseoir et de s'excuser à plusieurs reprises tandis qu'il bouscule involontairement des usagers. Un peu plus tard, il n'hésite pas à donner son journal gratuit qu'il vient de finir de lire.

La tension monte un peu plus dans la rame, quand par inadvertance, une jeune femme lui marche sur les pieds. Alors qu'elle s'excuse, celui-ci répond de manière péremptoire selon les témoignages  « Ce n'est rien du tout, voyons« . C'est alors que tout bascule. Une personne âgée, ayant visiblement du mal à se déplacer pénètre dans la rame. Aussitôt, l'homme se lève et propose à la vieille dame de prendre sa place. Les usagers, inquiet d'un tel comportement, ont alors demandé l'intervention du service de sécurité de la RATP. L'homme a été interpellé à la station suivante et placé en garde à vue.

Retour de vacances

Interrogé, l'homme a expliqué son comportement par « un reste d'euphorie des vacances » et une volonté de commencer cette rentrée dans la bonne humeur. « J'ai pensé bien faire, je ne voulais pas créer une psychose » a-t-il confessé. Pour la police, la réaction des usagers peut se comprendre: « Dans un contexte marqué par le terrorisme, certains comportements apparaissent plus suspects que d'autres, ce qui permet de rapidement localiser ces individus » saluant aussi la réaction prompte et maîtrisée des usagers.

* Ceci est une honte pour Paris, pour la France ! 
Il faut frapper et insulter les gens quand on prend le métro maintenant ?!
Etre aimable est d'office du terrorisme ?!

Et toi, que penses-tu de cela ? Laisse tes impressions !
 

Tags : METRO - paris - terrorisme